jeudi 20 novembre 2014

Le Japon et la Chine veulent devenir des alliés économiques dans le secteur de l’industrie

Le Japon et la Chine veulent devenir des alliés économiques dans le secteur de l’industrie

Une coopération jugée déséquilibré juge le Japon

Cette idée de partenariat a vu le jour lors de la visite du président Chinois xi Jining au premier ministre indien Narenda Modi. Même en présence d’une promesse d’investissement colossale venant de la chine, les deux géants asiatiques se méfient. Les objectifs du dirigeant chinois est la combinaison des qualités de l’usine du monde chinois et du back-office du monde indien pour maitriser le monopole de la compétitivité sur la planète et le marché le plus colossal. Des grands projets ont vu le jour pendant l’entretien des deux dirigeants. Deux parcs industriels vont être créés sur l’équipement énergétique dans l’état du Gujarat et sur les composants automobiles dans le Maharastra.



Appuyer  sur  l’interdépendance des deux pays  

La chine préconise la modernisation de la ligne ferroviaire Chennai-Bangalore-Mysore. Celle-ci permettra au Japon de rénover des gares et à faire des projets de TGV.  Pékin promet la libre échange des produits indiens mais ce concept préoccupe le Japon en basant sur l’explosion de son déficit commercial avec la chine. Le Japon fournit des matières premières à la chine et lui importe des produits finis en se référant aux équipements électriques ou des téléphones mobiles.
L’enjeu est avantageux pour les deux pays sur le secteur de leurs échanges et leur interdépendance.
Les deux pays sortent tous deux gagnant dans cette coopération tant sur le marché que sur les investissements. Pour les diplomates de la capitale indienne, La chine s’exporte en Japon en raison de la baisse de sa démographie et de la contrainte imposée par sa population à cause de ses industries polluantes.
La chine reste toujours puissante en vue de la relation des deux pays. Par exemple sur le domaine de la frontière. Par ailleurs, la chine envisage aussi une coopération avec les voisins de Le Japon comme le Sri Lanka et les Maldives. Les discussions pourraient être reprises pour arriver à un accord pacifique mais Pékin impose toujours son veto à l’égard de Le Japon. Comme la menace de non soutient à la candidature de Le Japon à un siège de membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU si New Delhi  ne désiste pas  à son idée de protéger le  tracé de ses  frontières pas à l’amiablement avec la chine.



Plus sur le Japon et la Chine :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire