jeudi 23 avril 2015

Les chinois et les pays asiatiques : capitalismes asiatiques et puissance chinoise


Aujourd'hui, tous les pays d'Asie de l'Est et du Sud-Est sont capitalistes, à l'exception de la Corée du Nord. En l'espace de vingt ans, les relations intra-régionales se sont intensifiées, et le monde asiatique s'est intégré au processus de mondialisation pour en devenir un acteur majeur. Dans cette effervescence des capitalismes asiatiques, la Chine joue un rôle particulier.

Quels sont les atouts de ces régions ? Et la Chine


Son dynamisme économique, associé à la puissance de l’État, lui permet de disputer la position dominante dont bénéficiaient les États-Unis dans la région. Grâce à une remarquable compétitivité-coûts fondée à la fois sur l’exploitation des paysans devenus salariés et sur la compétence technique et organisationnelle des travailleurs protégés, elle diffuse ses exportations dans l’ensemble des pays voisins au point de leur imposer ses normes industrielles, quand elle n’acquiert pas des pans entiers de leur économie.


Face à la concurrence mondiale !


Face au nouvel hégémon chinois, ces pays sont contraints d’adapter leurs stratégies et leurs institutions, tout en conservant leur propre logique d’émergence. Ainsi se déploient et coexistent des formes nationales et diverses de capitalismes. Laboratoire des capitalismes contemporains et moteur de la croissance mondiale, l’Asie porte en elle les grandes transformations économiques et géopolitiques des décennies à venir.
La Mer de Chine méridionale: un enjeu frontalier majeur en Asie du Sud-Est :
La Mer de Chine Méridionale constitue un enjeu stratégique de premier plan pour les États d’Asie du Sud-Est qui la bordent, mais aussi pour la Chine et Taïwan. Elle est le cadre de litiges territoriaux maritimes qui s’appuient sur des revendications très controversées, mais d’autant plus importantes aux yeux des États impliqués que des considérations patriotiques viennent se greffer à la présence d’importantes ressources naturelles, réelles et potentielles, dans les eaux des archipels convoités.

Mas encore !



La dimension géostratégique du problème déborde d’ailleurs de la région sud-est asiatique et l’implication croissante de puissances extérieures à la région, notamment les États-Unis, vient encore attiser les tensions. Alors que les périodes de tension accrue succèdent à des moments de relative accalmie, la recherche d’une solution négociée et la résolution d’une dispute récurrente qui risquerait à tout moment de provoquer une escalade régionale voire mondiale devient de plus en plus cruciale. L’impact de cette situation sur les organisations régionales, notamment l’ASEAN, ne plaide pas forcément en faveur de l’optimisme.

Sources: 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire