mercredi 28 janvier 2015

La révolution écologique

La pollution est un fléau, que ce soit la pollution aérienne ou hydraulique. Ve fléau affecte plusieurs pays au monde, alors que c’est une source de plusieurs  problèmes comme les problèmes sanitaires, la diminution des touristes, et d’autres problèmes encore. Les grands pays du monde ont décidé de réagir face à la pollution, la Chine et les Etats-Unis ont fait un accord sur le climat, un accord que le monde entier apprécie vraiment pour enfin trouver des solutions à ce problème. Après cet accord, une lutte contre la pollution sera le résultat, mais c’est encore un grand défi pour tout le monde.
Ces deux grands pays ont décidé de réduire l’émission de gaz à effet de serre autour de 2030 selon eux, mais avant cette année là si possible. Il reste à noter que ces deux pays sont les plus pollueurs de la planète en étant l’origine des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. La négociation a été faite en secret il y a neuf mois mais c’est seulement maintenant qu’ils sont vraiment d’accord pour le bien du monde, pour moins de pollution, un geste très apprécié malgré les efforts que cela exige de chacun. Le conseiller climat des Etats-Unis John Podesta s’est rendu avec discrétion à Pékin pour finaliser cette négociation, après quoi le président chinois fut invité à des entretiens privés à Zhongnanhai, malgré le fait que c’est la « cité interdite » de l’autorité chinoise.
Les deux pays ont publié un communiqué comme quoi ils reconnaissent avoir un rôle particulier dans la lutte contre le changement du climat, une grande menace pour l’humanité. Un travail de groupe pour un accord mondial serait la meilleure solution pour lutter contre la pollution, selon ces deux pays. Un accord qui marque un pas en avant vers les économies sans carbone dans le but de limiter le réchauffement climatique.

Les chinois ont depuis parlé d’un pic des émissions qui est réalisable et cela sans impact sur la croissance de l’économie, mais ce sera faisable seulement si on déploie toutes les technologies ayant un faible teneur en carbone disponible, ainsi qu’une coopération internationale.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire