vendredi 16 janvier 2015

Les chinois veulent investir 250 milliards en Amérique latine

Le président de la Chine du nom de Xi Jinping a récemment fait une promesse disant que l’Etat de la Chine souhaite investir 250 milliards de dollars dans les pays latino-américains et dans régions des Caraïbes. En principe, la Chine espère maintenir cet investissement pendant les dix années à venir et en même temps continuer la contestation concernant les prés carrés de Washington avec les Caraïbes.
Compte tenu de la réunion avec la CELAC ou « Communauté des Etats Latino-Américains et des Caraïbes, la Chine désire aussi atteindre un objectif qui stipule que la coopération qui existe entre elle et les 33 pays membres de la CELAC en termes de commerce doit atteindre à peu près plus de 500 milliards de dollars dans les dix prochaines années. Pour consolider ses promesses, Monsieur Xi Jinping a aussi affirmé que la Chine s’efforcera de faire tout ce qui est dans son pouvoir pour améliorer cette collaboration.

Avec un objectif de 100% à atteindre, la Chine désire miser ses efforts ainsi que sa contribution dans une multitude de secteur à savoir la technologie, la sécurité, le domaine financier, industriel et commercial, l’agriculture, les ressources d’énergies mais surtout la sécurité. En plus, l’Etat chinois a également accordé le vœu des représentants de la CELAC, celui de fonder et de mettre en évidence ses propres bases face à cette coopération et en contrepartie, l’Amérique latine fera en sorte de fournir, pour les chinois, les matières premières dont ils ont besoin. De son côté, la Chine devra pareillement poursuivre l’envoi des produits manufacturés. D’après un bon nombre de recherches et d’explorations dans quelques territoires latino-américains, la Chine a pu constater que le niveau des ressources énergétiques et de matières premières des 33 pays de la CELAC est indéniablement élevé. Au niveau international, il est clair que l’Amérique latine figure parmi les potentiels à ce sujet et on peut même dire que les ressources qu’elle détienne sont éventuellement inépuisables. C’est certainement la principale raison qui a poussée la Chine a défendre ses intérêts en choisissant d’avancer en toute sérénité de telles propositions avec une telle somme d’investissement.

A ce stade, la Chine sera élue parmi les premiers investisseurs dans les pays latino-américains et d’après les constatations de la FMI ainsi que les potentiels bailleurs de fonds, les 102 milliards de dollars versés pour aider l’Etat Vénézuélien et Argentin confirment que la Chine est déjà prête et se lance coûte que coûte. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire