vendredi 12 décembre 2014

La croissance chinoise


Ces derniers temps, la Chine s’est rendu compte que sa croissance économique est d’un état statique. Depuis cinq ans maintenant, la croissance économique a connu un ralentissement. Le gouvernement a donc pris une décision de considérer d’abord le marché plutôt que de faire des investissements dans des secteurs moins intéressants. C’est que ce pays a fait une erreur en faire des dépenses inutiles, heureusement que le gouvernement s’en est aperçu et a pris des mesures pour une croissance économique considérablement à la hausse.

En fait, la baisse du marché immobilier et la production industrielle ont quelque chose à voir avec cette croissance économique qui stagne depuis quelques années. Tout en notant que le secteur immobilier représente une très grande partie du PIB chinois.  Avec un PIB de 7,3% et puis une croissance 7,5% au deuxième trimestre, des mesures devront être prises pour que le pays retrouve sa force. Le gouvernement n’a pas hésité à réduire le coût de l’emprunt à un an de 5,6 % et de baisser la rémunération des dépôts  de 2,75 %.


D’autres mesures prises par le gouvernement aussi est de limiter  le  taux d’inflation de 3,5 % pour restructurer l’économie. A part cela, le gouvernement a décidé de doper la consommation intérieure en limitant les exportations. Récemment, on a pu constater que les chinois ont une préférence indiscutable pour les produits importés, surtout ceux venant de l’Europe. Pour maintenir un taux de croissance si on ne peut l’augmenter, la consommation des produits intérieurs plus que les autres produits sera l’objectif de l’Etat en Chine.


Mais s’il y a un autre facteur qui peut bien aussi bloquer la croissance économique en Chine, c’est la politique. Les rivalités politiques, la recherche de prestige mal placée ainsi que la corruption ont un peu entrainé cet essoufflement  de la croissance  économique. Désormais, les investissements chinois seront  pour les citoyens plutôt que pour les décideurs. La banque Mondiale s’est permis de conseiller le gouvernement chinois de baisser l’objectif de taux de croissance pour l’année prochaine à 7%. On dirait que cette situation préoccupe non seulement les chinois mais presque le monde entier.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire